Pour une Dramaturgie Musicale . Donner du corps au son et des oreilles aux mouvements

Dans le cadre de Superstraat parcours d’expériences artistiques:  du 26 octobre au 3 novembre 2019

Stage pour musiciens improvisateurs et circassiens et

découvrir de nouvelles écriture et dramaturgie musicale.

Programme :

9 jours avec un jour de pause.

Séance de BMC 2H les trois premiers jours et ensuite au cœur de la recherche.

Expérimentations et expériences croisées musiciens/circassiens.

Travail en petit groupe et en tutti

infos: https://www.superstrat.fr/project/pour-une-dramaturgie-musicale/

Contact: Sébastien Roux : sebastien@superstrat.fr ou 04 26 17 26 55

Intentions générales :Les enjeux seront déplacés vers une créativité musicale et physique élaboré organiquement et décuplé par les spécificités des deux disciplines.

Les outils du BMC seront un appui pour ce travail d’investigation.

 Pour les musiciens improvisateurs :

L’intérêt de ce stage pour les musiciens est de tissé de nouveaux liens

entre leurs corps, la musique et l’instrument.,grace notamment aux outils du Body Mind Centering. Le BMC nous met à l’écoute de notre corps. Nous utilisons nos sens et nos perceptions mais aussi notre capacité à nous relier à notre peau, à nos liquides, à nos organes … puis puiser dans les profondeurs de nouvelles ressources d’expressions. Nous ouvrons un nouveau champ de possibles pour la création.

Il s’agit de réactiver le corps du musicien trop souvent oublié, dans sa richesse de sensations, d’écriture dans l’espace et de dialogue avec le circassien

Que chaque musicien puisse réinvestir un corps vivant et vibrant, source de créativité, ouvert au partage et à la rencontre avec le corps circassiens.

 

Développement d’une présence scénique et engagé dans le corps pour aller vers une écriture circassienne de la musique. Découvrir comment le discours musical peut s’inscrire dans une corporalité et une spatialité en dialogue avec les corps des autres.

 

Inventé et découvrir de nouveau rapport entre écriture scénique circassienne et musicale et sortir le musicien de son rôle d’accompagnateur.

 

pour les circassiens :

il s’agit de développer des modes d’interactions avec les musiciens, ouvrir des champs nouveaux entre résonnance musicale, corps joué et corps entendant. D’ouvrir et affiner la perception musicale et d’intégrer la musique et le musicien comme point de départ d’une écriture au plateau. Construire un vocabulaire commun, sensible, pour construire d’autre mode de collaboration.

Le BMC sera un atout pour explorer et voyager dans les différents sens qui nous permettent de percevoir le monde. Il permettra d’établir une nouvelle relation à son corps, à l’effort, à l’exploit, à la résonance, à l’espace, à la musicalité et à l’autre. De trouver les liens entre système nerveux et mouvement.

Capture d’écran 2019-08-27 à 18.28.23

 

 

P1030094

Bulles. Musiques et peintures

Un peintre et une artiste sonore se retrouvent pour un travail en duo : Faire des bulles de savon encrées, les recevoir sur un papier, en chercher le son.

Sortie de résidence à Salmaize septembre 2018. Exposition Université de paris 8.St Denis Decembre 2019

Peintures: Vincent Gassin. https://www.vincent-gassin.com/portfolio/

 

 

 

Performance au cylindre de Tadao Ando à l’UNESCO

Dans le cadre de la semaine du Son et de la journée Du Sound Thinking au Sound Making le 26 janvier.

Partition créer pour l’occasion:

Commencer à lire le texte (joint en dessous) a voix forte en continu (répéter) à l’extérieur du cylindre jusqu’à aller se placer au centre,  dos à la musicienne. Poursuivre la lecture en dirigeant la voix au dessus de l’ouverture d’entrée et balayer lentement la tête de droite à gauche. Poursuivre si vous le souhaitez en expérimentant avec la voix un son continu en lien avec le jeu de la violoncelliste. ainsi vous expérimenterez l’onde stationnaire qui se trouve au centre.

« Briser le silence en morceau

et inaugurer avec chacun

le corps d’une nouvelle vision. »

et

«  Entourer chaque son d’un cercle

pour éviter qu’il ne se disperse

comme un amas de plumes arrachées

R.Juarroz

Je suis là. Spectacle pour les 0-24 mois

Par la compagnie « La croisées des Chemins » . Delphine Sénard.

IMG_2155

Je Suis Là spectacle pour les 0-24 Mois a joué l’ année 2016-17 une trentaines de représentations et pour cette saison  voici les dates:

 °° le 30 septembre 2017 à la Bibliothèque de Provins (77)
°° entre le 6 et le 8 octobre 2017 à la Maison des Metallos (75) - Festival La Grande Echelle/Théâtre du Montfort
°° le 11 octobre 2017 au RAM de Charleval - Les Andelys (27)
°° du 9 au 12 janvier 2018 au Théâtre des 4 vents de Gradignan (33)
°° 23 et 24 janvier 2018 à L'Arsenal de Val de Reuil (27)
°° du 14 au 16 février 2018 au Théâtre de Cachan (94)
°° du 26 au 29 mars 2018 au Théâtre du Blanc-Mesnil (93) et dans 3 structures Petite Enfance du Blanc-Mesnil (93)
°° les 7 et 8 avril 2018 au Cirque Théâtre d'Elbeuf (76) - Festival SPRING

Apéro-cirque à l’Académie Fratellini. Juillet 2017. Mise en piste Julie Mondor

Fratellini 2017

Captation Gilles Paté.

Création collective en 8 jours Chrono avec les apprentis sortant de 3eme année.

 

Une première collaboration très riche avec la classe d’improvisation de P.Pannier du CRR d’Aubervilliers-la Courneuve.

et 3 musiciennes-ciens: Sophie Ancelin (Alto) Claire Voisin(clarinette) et Basile Chassaing (trompette et dispositif Max Msp )

Création de Anën Mapu au Plus petit Cirque du Monde/Bagneux

anen-y-petit_148Voici Anën Mapu, la terre sur laquelle nous sommes assis, fruit d’une recherche de deux ans.

De Jose Cordova et Julien Cramillet.

Les 15,16 et 17 décembre. à 20H30

 

Valérie Dubourg : recherche corde et oeil extérieur

Julie Mondor: j’ai été regards extérieur et j’ai composé la musique de ce spectacle.

Une musique électroacoustique, diffusé sur 6 points.

Faites de voix, de violoncelle et de beaucoup d’autres sons cette musique créer un univers particulier et spécifique. Une sorte de voyage intemporel.

« Comment percevoir ce temps qui passe ? Qui se déplace parfois avec arrogance, en légèreté, ou encore avec violence.

Ancrés sur cette terre nous observons et explorons son toit, une immensité, un amoncellement d’idées. Dans sa géographie nous découvrons ses couleurs qui nous parlent d’une vie passée, et présente, qui dévoile toutes ses actions quotidiennes, qui auront leurs traces, et leurs forces au moment venu. »

 

ANËN MAPU – VIDÉOS